richesse

Richesse et Création de valeur

Intelli7 permet la révélation de la richesse de chacun d’entre nous.

Traditionnellement, les approches courantes en psychométrie vont vers une schématisation des qualités d’une personne dans le but louable au départ de faciliter la compréhension de leur fonctionnement.

De fait, elles se positionnent dans un mouvement descendant qui cherche à rendre visible, à évaluer, un fonctionnement dans le cadre d’un modèle existant. Elle est convergente.

De ce fait elle génère une diminution d’entropie, c’est à dire un appauvrissement.



Par analogie, identifier une couleur, c'est faire référence à une grille de couleurs déjà connues.

C’est ainsi qu’il nous est possible de reconnaître des couleurs, et de les nommer.

La psychométrique classique met en avant sa propre grille de lecture pour décrire les mécanismes d'une personne. Structurellement, en dehors de sa propre grille de lecture, rien n'existe.

Il en est ainsi depuis les origines, et marque les limites de la psychométrie traditionnelle, figée dans son approche statique et sa simplification.



À contrario, Intelli7 mise sur la richesse individuelle, et donc sur la diversité de choix, pour favoriser la création de valeur. Intelli7 propose de prendre en compte notre diversité de choix comportementaux comme principe de départ, d’en mesurer et de décrire les possibilités.

Le principe est fondamentalement différent.



Comprenons que cette flexibilité comportementale d’adaptation, créatrice de valeur grâce à la richesse de la personne, intéresse par essence la personne elle-même et son organisation. C’est sur cette interrelation que les résultats apparaissent. L’un ne va pas sans l’autre.

Voilà qui nous amène à parler de l’entropie.



Entropie


L’entropie désigne une mesure qui caractérise le degré d’organisation ou de désorganisation d’un système, y compris de tout système humain, individuel ou collectif.

La particularité de ce terme est de générer 2 qualités distinctes et opposées : ordre ou désordre. Plus l’entropie est élevée, plus le niveau de désordre (dans les informations du système) est important. À l’inverse plus l’entropie est faible, plus l’ordre (dans les informations du système) est important.


Interprétation de l’entropie

Si nous prenons purement et simplement la définition de l’entropie, et compte-tenu de notre culture, nous allons naturellement vers l’ordre, c’est-à-dire que nous voulons éviter le désordre. Ceci est essentiellement culturel, et attaché à l’usage d’un vocabulaire peu descriptif du concept lui-même.

L’ordre consiste à classer, c’est-à-dire « mettre dans des classes / cases » pour que chaque chose soit à sa place (si elle est à côté, c’est une erreur). Elle forme un cadre en dehors duquel nous sommes soi-disant en dysfonctionnement.

Où est la possibilité de créativité dans un cadre fort ? Comment sortir du cadre ? Comment faire une erreur à l’origine d’une très grande découverte ?

Réinterprétons l’entropie en remplaçant le mot désordre par richesse.

En effet, c’est dans le désordre, c’est-à-dire dans un univers sans trop de cadre, que la créativité, c’est-à-dire la richesse, peut apparaître.

Nous nous rendons compte que pour trouver des idées nouvelles, pour faire face à des défis, nous avons besoin, à un moment donné, de passer dans une entropie forte pour sortir d’un cadre qui empêche la créativité et favorise le connu. Sans elle, pas de richesse, pas d’idée faisant la différence, donc toujours un peu plus de la même chose.


Entropie : ordre vs désordre

Pour autant, est-il une des 2 options définitivement meilleure que l’autre ?

Non. Nous connaissons tous les vertus de l’ordre. C’est une force dans bien des situations. Raisonnablement, nous ne pouvons pas nous en passer.

Cependant, trop d’ordre nous enferme dans le cadre. Impossible d’en sortir, et nous tombons dans la répétition, les habitudes, et la pensée unique.

L’enseignement est le suivant : nous avons besoin des deux. Il n’existe aucune richesse réelle sans ordre. Dans le concret, il y a une manière de marier ces 2 extrêmes, pour qu'ils soient complémentaires et source d’Intelligence Collective.

Nous pouvons fonctionner dans une alternance. C’est ce que propose et pratique Intelli7.




Création de valeur pour l’humain


Pour favoriser la création de valeur, nous avons compris qu'il nous faut marier faible et forte entropies. Cela se traduit, pour chacun d’entre nous, par une richesse dans l’art de s’adapter aux situations. L’équation de la création de valeur est donc :

Création de valeur = adéquation entre comportements et situations


Cela sous-entend que nous savons nous adapter, que nous avons la possibilité de changer d’option en fonction des situations que nous rencontrons.

C’est ce que nous faisons, nous le savons bien. Alors comment se fait-il que les approches psychométriques traditionnelles ne le montrent pas ?

Étudions l'exemple mondialement connu des Big Five qui met en avant une typologie.

Celle-ci propose un modèle (diminution d’entropie, et en même temps c’est une carte qui permet de s’y retrouver), comprenant 5 traits :

  • Ouverture : appréciation de l'art, de l'émotion, de l'aventure, des idées peu communes, curiosité et imagination.
  • Conscience professionnelle : conscience morale, vertu au sens romain, autodiscipline, respect des obligations, organisation plutôt que spontanéité, orienté vers des buts.
  • Extraversion : énergie, émotions positives, tendance à chercher la stimulation et la compagnie des autres, fonceur
  • Agréabilité : tendance à être compatissant et coopératif plutôt que soupçonneux et antagonique envers les autres
  • Névrosisme : contraire de stabilité émotionnelle, tendance à éprouver facilement des émotions désagréables comme la colère, l'inquiétude ou la dépression, vulnérabilité

Il n’est ici pas question ici de discuter du modèle, mais de sa restitution suite au renseignement d’un questionnaire.

Les Big Five sont mondialement utilisés. Ils font référence. Pourtant, les résultats sont éminemment statiques : vous êtes plutôt ceci ou plutôt cela !


Prenons un exemple


Admettons que le résultat d’un questionnaire Big Five restitue que je suis Extraverti à 65%. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il est vrai qu’en famille je montre ce type de comportement, et quand je suis dans une fête aussi.

Pourtant, professionnellement, je suis rarement décrit ainsi, mais plutôt comme sérieux et fiable (introverti ?).

Et donc les deux sont vrais. Parfois je me montre extraverti, parfois non. Les 65% sont donc exacts.

Et nous, que faisons-nous de cette information ? Comment peut-elle nous aider pour savoir si je suis la personne de la situation ? Comment pouvons-nous savoir que je me montre extraverti en milieu extra-professionnel, mais que dans l’univers professionnel, c’est l’inverse que je fais.

Ce n’est pas indiqué dans le résultat.


Voici l’illustration qu’une entropie faible, et donc qui met dans une case (ici 65% en extraversion) n’est pas très aidante, et parfois fausse, en fonction de la situation. La simplification est séduisante, mais simpliste.

Et du coup les choses deviennent compliquées, indémêlables.

L’humain devient imprévisible et compliqué...

c’est l’effet de bord de la faible entropie




Création de valeur – Richesse individuelle


C’est ici que Intelli7 fait la différence fondamentale : nous sommes en mesure d'indiquer dans quel type de situation je favorise mon extraversion, et dans quel autre type de situation, au contraire, je favorise mon introversion (Psychométrie Contextuelle ©®).

Et là, puisque nous le voyons concrètement sur les résultats, les choses deviennent réellement plus simples, ce que nous recherchons tous.

Autrement dit, en révélant la richesse comportementale, et donc la capacité d’adaptation (Psychométrie Dynamique ©®), les actions deviennent aisées car il est possible de répondre facilement aux questions qui nous intéressent. Il devient possible de choisir la bonne personne, celle qui va adopter le comportement le mieux adapté au contexte.

La création de valeur passe obligatoirement par la mise en valeur de la richesse individuelle.

Et si c’était de nous dont il s’agissait, que choisirions-nous : forte ou faible entropie ? Simplification pour l’autre ou richesse de ce que nous sommes ?